Politique Éditrice 0 2023-05-26

Cet épisode d'EuronewsWitness vous emmène en Andalousie, dans le sud de l'Espagne, où notre reporter Hans von der Brelie cherche – et trouve ! - les puits d'eau illégaux.

Les deux tiers de l'Espagne sont menacés de désertification. La crise climatique s'intensifie. Et les conflits liés à l'usage de l'eau se multiplient. Doñana, l'une des réserves naturelles les plus remarquables d'Europe, est l'un de ces endroits.

Protéger l'eau

Des rangers robustes patrouillent à la frontière de la réserve de Doñana. L'industrie de l'agriculture intensive en serre se rapproche de plus en plus. Quelque 80 % de la production espagnole de baies sont cultivées ici. Les fraises bouffent l'eau du paradis des oiseaux.

Les extensions illégales et les stations de pompage se « champignonnent ». Le sol est perforé et se transforme en une sorte de « fromage suisse ». Antonio Santos, le chef d'unité de la Confédération hydrographique du Guadalquivir, a réagi : « Au cours des quatre dernières années, nous avons fermé 1116 points d'eau illégaux. "

Dans la forêt, les tensions montent. Les agriculteurs défendent vigoureusement leurs forages. Parfois, Antonio doit faire appel à la Guardia Civil. Fermer un puits illégal n'est pas facile. C'est une véritable guerre du papier, avec des annonces légales et des procédures judiciaires qui peuvent prendre jusqu'à huit ans.

Droits agricoles

Doñana est protégée par le label Natura-2000 de l'Union Européenne. La Commission européenne s'inquiète d'un projet de loi régional, proposant de légaliser les structures irrégulières mises en place par les producteurs de baies.

L'organisation de protection de la nature WWF est également inquiète. Felipe Fuentelsaz nomme le problème : « Il y a 2 000 hectares illégaux et 1 000 forages illégaux. C'est comme le Far West.

Julio Diaz fait pression pour les serriculteurs de la municipalité de Lucena, accusant le WWF d'utiliser des "méthodes non scientifiques" et attaquant le gouvernement central espagnol pour ne pas avoir canalisé suffisamment d'eau de surface d'ailleurs dans le temps.

Alors que Julio Diaz met en avant « 100 000 emplois », le guide animalier de Doñana, Sergio, nous montre l'impact de la sécheresse sur les oiseaux migrateurs. Habituellement, Sergio compte 50.000 oies grises dans sa section ornithologique. Cette année vient d'arriver 1200.

Sergio regarde à travers ses jumelles : « C'est totalement sec. Normalement, le lagon est recouvert d'eau et vous devriez voir des milliers d'oiseaux. Ce qui s'est passé? Y a-t-il seulement de l'eau pour les agriculteurs ? Et pas d'eau pour les oiseaux ? Nous devons partager l'eau.

Sollicitée pour une déclaration, l'UNESCO a signalé une simple alerte sur Doñana à Euronews Witness :

  • Le Centre du patrimoine mondial est préoccupé par la situation du site du patrimoine mondial de Doñana.
  • L'assèchement croissant des masses d'eau du bien affecte directement les populations d'oiseaux aquatiques et est encore exacerbé par la récente sécheresse exceptionnelle et met gravement en péril la biodiversité exceptionnelle du Parc naturel.
  • Ces dernières années, le Comité du patrimoine mondial - l'organe directeur de la Convention, composé de 21 représentants des 194 États parties à la Convention - a régulièrement lancé des avertissements sur la surexploitation de l'aquifère et ses impacts potentiels sur le site.
  • En 2021, le Comité a demandé à l'Espagne de mettre en œuvre d'urgence un "Plan spécial de gestion des zones d'irrigation situées au nord de la couronne forestière de Doñana", qui prévoit la fermeture de tous les puits illégaux, dans sa forme actuelle sans modifications. Le Centre du patrimoine mondial continue de travailler avec l'État partie pour s'assurer que cela est fait et que la valeur universelle du site est protégée.
  • Mais des rapports récents sur des décisions locales potentielles modifiant ce plan ont ravivé les inquiétudes quant à la conservation du site.
  • En septembre, l'état de conservation du site sera à nouveau examiné par le Comité du patrimoine mondial. Au cours de cette réunion, le Comité peut prendre toute décision nécessaire, y compris la possibilité d'inscrire le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.