Politique Éditrice 0 2023-01-25

La plus haute cour européenne des droits de l'homme a décidé mercredi qu'elle pouvait statuer sur les affaires portées par les Pays-Bas et l'Ukraine contre la Russie pour des violations présumées des droits de l'homme dans l'est de l'Ukraine en 2014, notamment la destruction du vol MH17 de Malaysia Airlines.

L'arrêt de la commission strasbourgeoise Cour européenne des droits de l'homme marque un progrès significatif dans les efforts déployés par les Pays-Bas et l'Ukraine pour tenir la Russie légalement responsable de ses actions en Ukraine et pourrait ouvrir la voie à des ordonnances d'indemnisation. Le tribunal a déclaré qu'un jugement sur le fond des affaires suivra à une date ultérieure.

Les affaires ont été déposées avant que Moscou ne lance son invasion à grande échelle de l'Ukraine il y a près d'un an.

"Très bonne nouvelle : l'arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme est une autre étape importante dans la recherche de la vérité et de la justice pour les victimes et leurs proches du vol #MH17", a déclaré la ministre néerlandaise de la Justice Dilan Yesilgöz-Zegerius dans un tweet.

Le ministre des Affaires étrangères Wopke Hoekstra a également salué la décision comme une étape importante dans la recherche de la responsabilité.

"Nous continuerons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour obtenir justice pour les 298 victimes du vol #MH17 et leurs proches", a-t-il tweeté.

Quel est le contexte de cette affaire ?

Le vol MH17 de Malaysia Airlines a été abattu au-dessus de l'Ukraine par un missile sol-air de fabrication russe, tiré par des séparatistes soutenus par Moscou.

Les 298 personnes, dont la plupart étaient des Néerlandais, sont mortes dans l'accident.

La Russie a nié toute responsabilité dans la catastrophe, bien que le gouvernement néerlandais affirme qu'elle a joué un rôle clé.

L'affaire pourrait obliger la Russie à verser des dommages-intérêts aux familles des victimes, mais il est peu probable que Moscou accepte ce verdict et apporte son soutien.

La Russie faisait partie des 47 pays à avoir signé la CEDH, qui est conçue pour protéger les droits de l'homme et les libertés fondamentales en Europe, mais l'a quittée en septembre de l'année dernière en raison de tensions avec l'Occident à propos de l'Ukraine.

La CEDH ne peut pas prévaloir sur les gouvernements nationaux.

Le Boeing 777 volait d'Amsterdam à Kuala Lumpur en juillet 2014 lorsqu'il a été abattu, au milieu des combats entre les rebelles pro-russes et les forces ukrainiennes dans la région orientale du Donbass en Ukraine.

Dans les jours et les semaines qui ont suivi le crash, les séparatistes et leurs partisans russes ont nié toute culpabilité tout en offrant une série d'explications changeantes.

La Russie a ensuite opposé son veto à une résolution de l'ONU visant à créer un tribunal qui aurait attribué la responsabilité de l'incident. Mais des preuves vidéo ont fait surface qui prétendaient montrer des rebelles passant au peigne fin l'épave encore fumante, apparemment consternés de trouver un avion civil.

Immédiatement après l'accident, le gouvernement ukrainien a produit des transmissions audio interceptées dans lesquelles des séparatistes présumés pro-russes parlaient d'avoir abattu un avion.

Pour Malaysia Airlines, il s'agissait de la deuxième catastrophe de 2014, après la disparition du vol 370 en mars.

Devant la CEDH, les Pays-Bas ont fait valoir que Moscou avait joué un rôle central dans la catastrophe aérienne, essayant de prouver que Moscou avait un "contrôle effectif" sur la zone de l'Ukraine d'où les missiles avaient été tirés.

L'année dernière, un tribunal néerlandais a déclaré deux Russes et un Ukrainien coupables de meurtre ou de leur rôle dans l'attentat contre le vol MH17, les condamnant à la prison à vie.

Ils ont été jugés par contumace.

On pense que tous se trouvent en Russie, qui est très peu susceptible de livrer les hommes, considérant le verdict comme une attaque à motivation politique.

Le tribunal a déclaré que les preuves présentées lors d'une audience l'année dernière avaient établi qu'à partir du 11 mai 2014, les zones de l'est de l'Ukraine contrôlées par les rebelles séparatistes étaient "sous la juridiction de la Fédération de Russie" et que Moscou "avait une influence significative sur la stratégie militaire des séparatistes". y compris fournir des armes, mener des attaques d'artillerie demandées par les rebelles et leur apporter un soutien politique et économique.

Le tribunal a déclaré qu'il y avait suffisamment de preuves pour établir la recevabilité de la plupart des allégations de violation des droits de l'Ukraine et une affaire connexe concernant la destruction du MH17 déposée par les Pays-Bas. Il a déclaré qu'un petit nombre d'allégations n'étaient pas recevables.

La Cour de Strasbourg est un élément important du Conseil de l'Europe, qui est la principale institution des droits de l'homme du continent. La Russie a été expulsée du conseil l'année dernière dans une décision sans précédent concernant l'invasion de Moscou et la guerre en Ukraine. Cependant, le tribunal peut encore traiter des affaires contre la Russie datant d'avant son expulsion.

Les affaires à Strasbourg sont distinctes d'une poursuite pénale aux Pays-Bas dans laquelle deux Russes et un rebelle ukrainien ont été condamnés par contumace en novembre pour plusieurs meurtres pour leur rôle dans la destruction du vol MH17 au-dessus de l'est de l'Ukraine le 17 juillet 2014. Tous les 298 des passagers et des membres d'équipage ont été tués lorsque le Boeing 777 reliant Amsterdam à Kuala Lumpur a été abattu au-dessus de l'est de l'Ukraine.

Dans leur affaire devant le tribunal des droits de l'homme, les Pays-Bas font valoir que Moscou a joué un rôle clé dans l'écrasement du vol MH17 et affirment que l'absence d'enquête de la Russie et son manque de coopération avec les procureurs néerlandais, ainsi que ses dénégations d'implication, ont aggravé les souffrances. d'amis et de parents des personnes tuées.

Les procureurs néerlandais affirment que le système de missile qui a abattu le MH17 a été transporté par camion en Ukraine depuis une base militaire en Russie et y est retourné après la fusillade.

L'Ukraine a déposé des plaintes contre Moscou alléguant de nombreuses violations de la Convention européenne des droits de l'homme, notamment "des attaques militaires illégales contre des civils qui ont fait de nombreux morts, notamment l'abattage du vol MH17, ainsi que l'exécution sommaire et le passage à tabac de civils" et de soldats non ne plus participer aux hostilités. Il a également accusé la Russie d'avoir enlevé 85 enfants ukrainiens.

Parmi les motifs invoqués par la CEDH pour déclarer les recours recevables figure le fait que le juge de Strasbourg a jugé « que les zones de l'est de l'Ukraine aux mains des séparatistes étaient, à partir du 11 mai 2014 et au moins jusqu'au 26 janvier 2022, sous la juridiction de la Fédération de Russie".

Dans sa décision sur la recevabilité, la CEDH a également fait référence à la présence dans l'est de l'Ukraine de militaires russes depuis avril 2014 et au déploiement à grande échelle de troupes russes en août 2014 au plus tard.

Les juges ont ensuite souligné que Moscou "avait une influence significative sur la stratégie militaire des séparatistes, à qui avaient fourni des armes et d'autres équipements militaires à une échelle significative dès les premiers jours, et que finalement à leur avait mené des attaques d'artillerie à leur demande".

La CEDH devra maintenant procéder à l'examen au fond des recours pour décider si Moscou doit être condamnée pour les violations qui lui sont reprochées.