Politique Éditrice 0 2023-01-25

L'Iran a annoncé mardi qu'il répondrait aux sanctions de l'UE et du Royaume-Uni, s'engageant à cibler les individus et les entités en Occident qui "violent les droits de l'homme".

Téhéran a déclaré qu'il "condamnait fermement" les nouvelles sanctions imposées par Bruxelles et Londres en réponse à la violente répression du régime contre les manifestants.

Il a averti que des mesures de représailles suivraient bientôt.

"La République islamique annoncera bientôt une liste de nouvelles sanctions contre les violateurs des droits de l'homme de l'UE et de l'Angleterre", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, dans un communiqué.

"L'action de l'Union européenne et du régime britannique est un signe de leur incapacité mentale à comprendre correctement les réalités de l'Iran", a déclaré Kanaani, cité par l'agence de presse iranienne IMNA.

"Ils sont contre les autorités de la République islamique", a-t-il ajouté.

Lors d'une réunion à Bruxelles, l'UE a imposé des sanctions à plus de 35 responsables et organisations iraniens, les blâmant pour la répression "brutale" des troubles et autres violations des droits de l'homme.

La liste comprenait quatre commandants et 12 unités des puissants gardiens de la révolution, qui, selon de nombreux observateurs, détiennent le véritable pouvoir en Iran.

Cependant, le bloc n'a pas réussi à placer la Garde sur sa liste d'organisations terroristes, malgré une demande du Parlement européen.

"Une décision de justice est nécessaire" pour lancer ce processus, a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Bruxelles a également invoqué la fourniture par Téhéran de drones de fabrication iranienne à la Russie, que Moscou a utilisés pour paralyser l'infrastructure énergétique de l'Ukraine.

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont émis de nouvelles sanctions contre l'Iran, reflétant une détérioration des relations déjà désastreuses de l'Occident avec Téhéran.

Les tensions entre Londres et Téhéran ont monté en flèche la semaine dernière après l'exécution du ressortissant irano-britannique Alireza Akbari en Iran pour "espionnage" présumé.

Des observateurs ont déclaré que la pendaison d'Akbari pourrait indiquer une lutte de pouvoir au sein du régime, car il faisait partie d'un groupe qui voulait que les autorités accordent plus de concessions aux manifestants.

Les sanctions sont la dernière réponse à la répression meurtrière de l'Iran contre les troubles, déclenchée par la mort de la jeune femme kurde iranienne Mahsa Amini en garde à vue en septembre.

Quatre mois après le début des troubles antigouvernementaux, l'agence de presse américaine Human Rights Activists News Agency affirme que 516 manifestants ont été tués, dont 70 enfants.

Les derniers chiffres du groupe évaluent le nombre de personnes arrêtées à plus de 19 200, dont 687 étudiants.

Des viols et des agressions sexuelles systématiques de manifestantes ont été signalés dans des centres de détention à travers l'Iran.

L'UE a déjà imposé un gel des avoirs, une interdiction de visa et une interdiction de recevoir des fonds de l'UE à plus de 60 responsables et entités iraniens en raison de la répression des manifestations par le régime.

Le 12 décembre, l'Iran a sanctionné le service de renseignement britannique MI5, des responsables militaires britanniques ainsi que des personnalités politiques allemandes en représailles aux sanctions précédentes.

Le magazine satirique français Charlie Hebdo et le département persan de Radio Free Europe ont également été sanctionnés par Téhéran.