Politique Éditrice 0 2022-11-24

Deux enquêtes judiciaires ont été ouvertes les 20 et 21 octobre par le parquet national financier (PNF) portant sur les « conditions d’intervention de cabinets de conseils dans les
campagnes électorales de 2017 et 2022 »
, a fait savoir le procureur de la République financier, Jean-François Bohnert, dans un communiqué rendu public jeudi 24 novembre, après des révélations du Parisien.

La première information judiciaire porte notamment sur les chefs de « tenue non conforme de comptes de campagne » et « minoration d’éléments comptables dans un compte de campagne » et la seconde sur des chefs de « favoritisme » et « recel de favoritisme ».

Ces deux enquêtes, confiées à des juges d’instruction, s’ajoutent à une enquête préliminaire ouverte le 31 mars 2022 pour « blanchiment aggravé de fraude fiscale » visant le cabinet de conseil McKinsey, après la publication du rapport d’une commission d’enquête du Sénat. Outre le fait que le cabinet américain n’avait pas payé d’impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020, alors qu’il réalise en France un chiffre d’affaires annuel de plusieurs centaines de millions d’euros, les parlementaires avaient aussi révélé que les contrats conclus entre l’État et les entreprises de consultants en général avaient « plus que doublé » entre 2018 et 2021 pour atteindre le montant record d’un milliard d’euros l’an dernier.

En février 2021, nous avions révélé dans une enquête la puissance de ce cabinet de conseil dans l’ombre de nombreuses décisions de la Macronie, depuis la création d’En Marche à la stratégie vaccinale française.

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.

S’abonner

Contribuer