Politique Éditrice 0 2022-10-03

Pour Olivier Faure, l’accord signé avec la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) sera-t-il le chant du cygne ? A trois mois du congrès du Parti socialiste (PS), la grogne monte dans les rangs, où l’on reproche au premier secrétaire le score catastrophique d’Anne Hidalgo à la présidentielle (1,75 % des voix), une soumission supposée à La France insoumise (LFI) de Jean-Luc Mélenchon, et la désertion des adhérents… Au congrès de Villeurbanne, en 2021, Olivier Faure avait remporté l’épreuve haut la main, obtenant 70 % des suffrages, contre Hélène Geoffroy, la maire de Vaulx-en-Velin (Rhône) et sa seule concurrente.

Cette fois, la partie s’annonce moins aisée. Un aréopage de mécontents, soutenus en sous-main par Anne Hidalgo, organise l’offensive : 150 élus ont signé, dimanche 2 octobre, dans Le Journal du dimanche, une tribune, baptisée « Refondations », invitant à repenser la gauche en général, et le PS en particulier. Objectif de la manœuvre, soumettre un « texte d’orientation » (une troisième liste) au vote des adhérents au congrès, aux côtés de ceux d’Olivier Faure et d’Hélène Geoffroy. « Notre constat, c’est que beaucoup de Français ont le cœur à gauche et se sentent orphelins. Ils nous disent avoir besoin d’un renouveau, d’une forme d’espoir », justifie son premier signataire, le maire de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol.

Cette alliance peut-elle fissurer la majorité du premier secrétaire des socialistes ? Le rapport de force lui semble moins favorable qu’il y a un an. Il aura contre lui Anne Hidalgo, dont les alliés, comme le sénateur de Paris David Assouline, ont participé en coulisse à cette démarche. Deuxième porte-parole de cette « troisième voie », Lamia El Aaraje, ancienne députée du 20e arrondissement à Paris, sacrifiée lors de l’accord avec la Nupes au profit de l’« insoumise » Danielle Simonnet. « On ne veut pas d’un congrès où s’affronteraient Olivier Faure et Hélène Geoffroy. Nous voulons peser, porter des enjeux », assume la jeune femme de 35 ans. « Nous considérons que le centre de gravité de l’union de la gauche doit être plus équilibré, que ce n’est pas en allant vers le populisme ou les outrances que l’on peut gagner », poursuit-elle, visant LFI.

Signaux contradictoires de Carole Delga

Si Anne Hidalgo n’apparaît pas en personne, une kyrielle d’élus de Paris ont signé la tribune. Le PS comptant seulement 20 000 militants, la prescription de vote émanant des grands élus sera clé lors du congrès. Autre signal inquiétant pour Olivier Faure, le ralliement quasi acté de Carole Delga à cette troisième voie, symbolisé par deux porte-parole du texte, Nicolas Mayer-Rossignol et Claire Fita, la vice-présidente de la région Occitanie.

Il vous reste 46.71% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.